agbaossi_obseques_agbaossi_depouille.jpgAprès Agbaossi le déluge ? Non du moins Pasteur…. reconnu par bon nombre de responsables et cadres de l’Eglise du Christianisme céleste comme celui à qui feu Agbaossi a passé la main peut, face aux adversités, compter sur le soutien du Gouvernement et de son Chef le docteur Boni Yayi. Le contenu du discours tenu par le Président de la République samedi dernier est un avertissement qui ne dit pas on nom aux contestataires du choix du Pasteur Adéogoun Benoît .
Le bruit courait depuis la mort du Révérend-Pasteur Benoît Agbaossi. Sa succession ne sera pas chose facile apprenait-on. Mais contre toute attente, la question semble avoir été réglée avant même le départ pour l’au-delà du Président Mondial de l’Eglise. Quelques heures seulement après l’annonce officielle de la mort de feu Agbaossi, des informations recueillies auprès des responsables de l’Eglise ont fait savoir que la question a été réglée du vivant même de Papa Agbaossi. Ce dernier a déjà passé la main et l’heureux élu a pour nom Pasteur Adéogoun Benoît. Cela est consigné dans un acte pris le 17 Décembre 2009 et confirmé par la décision pastorale n°008/10/ECC/SS/CSM/CDSS/SA du 06 Mars 2010
Mais ceux qui ont tout le temps combattu le Vieux Agbaossi ont repris du poil de la bête et ont déplacé le combat sur la personne et la qualité du Pasteur… Menaces, intimidation tout y passe. Sur les lieux mêmes des cérémonies funèbres ce week-end, un certain Gbèdahi a confié à la presse que c’est lui le successeur de Oshoffa et que donc après Agbaossi, le fauteuil de Révérend-Pasteur lui revient de droit faute de quoi…. De l’autre côté, Emmanuel Oshoffa fils du Père-fondateur de l’Eglise du Christianisme n’a pas jamais cessé de réclamer ce qu’il considère comme son héritage. Il l’a réaffirmé une fois encore ce week-end. Mais lorsqu’on se rend compte que samedi 05 juin 2010 dernier, le Président Boni Yayi s’est adressé à la communauté des Chrétiens Célestes en considérant d’ores et déjà le Pasteur… comme le successeur de feu Papa Agbaossi, on peut penser que le gouvernement sonne la fin de la récréation. C’est un signal assez fort à tous ceux qui pensent ou projettent des actes de contestation ou de trouble au sien de l’Eglise du Christianisme Céleste.

Fictions et folles rumeurs sur l’après-Agbaossi
Après la disparition du Révérend-Pasteur Benoît Agbaossi, des rumeurs les plus folles à la limite de la fiction ont été véhiculés çà et là. Sur l’esplanade de l’Assemblée nationale le vendredi 04 juin 2010 dernier, des choses ont été entendues et qui sortent de l’entendement.
L’apparition de la lune du moins du quart de lune au début de la messe célébrée au Stade Charles de Gaulle à Porto-Novo a été interprété comme un signe spécial pour le défunt. Le dernier élément qui coure les rues à Porto-Novo et environs et que plusieurs milliards de FCFA ( 5 selon certains, 9 selon d’autres ) auraient été retrouvés dans la chambre du défunt. Dame rumeur quand tu nous tiens…

Francis OKOYA
Journal LA TRIBUNE DE LA CAPITALE  07/06/10

Oraison Funèbre
La famille AGBAOSSI est en deuil, l’Eglise du Christianisme Céleste est attristée, le Benin et le monde entier sont éplorés.
Papa AGBAOSSI, le baobab, le garant de la mémoire de l’ECC, le dernier disciple et fidèle compagnon du Feu Prophète Pasteur Fondateur Joseph Samuel Biléou OSCHOFFA, a répondu à l’appel du Créateur le mardi 13 avril 2010.

Nous venons de perdre un de ses meilleurs fils, un de ses meilleurs serviteurs, un des fidèles et loyaux ministres de Christ.

Le Révérend Pasteur Benoît D. AGBAOSSI était une figure de proue qui a dirigé, organisé et fait rayonner l’Eglise du Christianisme Céleste à travers le monde par sa simplicité, sa tempérance, son érudition et son zèle.

C’était un grand homme. Immense par sa simplicité, dense par ses talents de pêcheur d’hommes, énorme par ses connaissances, ses compétences et par sa vertu d’accueil, d’écoute, d’amour, de tolérance, de patience, de conseils et d’ouverture.

Né à Porto- Novo, le 20 avril1930, de Abraham ZOSSOU AGBAOSSI et de Christine Hamédé GNONLONFOUN, dans une modeste famille, le Révérend Pasteur Benoît D. AGBAOSSI a été divinement appelé, désigné et oint par, le Feu Prophète Pasteur Fondateur Joseph Samuel Biléou OSCHOFFA, afin d’exercer son ministère.

Que de jalousie ! Que de complots ! Que de sabotages ! Que de mensonges ! Que de haine ouverte, juste pour le déstabiliser et le rendre défaillant dans sa mission. Mais sa sérénité, son esprit de discernement, son courage, et surtout son humilité lui ont permis de résister au tshunami. Il a davantage gagné l’estime de son Père spirituel Oschoffa.

Papa AGBAOSSI aurait pu suivre le Prophète Pasteur Fondateur Joseph Samuel Biléou OSCHOFFA dans son exil au Nigéria en 1976 puis qu’il le lui avait demandé. Mais à papa AGBAOSSI de répondre en ces termes : « qu’adviendrait- il de l’Eglise au Benin ? Permettez- moi de rester pour l’enracinement et le développement de l’Eglise au Benin » fin de citation. C’est là, la réponse d’un homme prédestiné à prendre en main la destinée de la Sainte Eglise venue des cieux. Que l’on veuille ou pas, il est et restera le seul et unique après Papa Oschoffa à avoir connu les fondements de la naissance de cette Eglise. Le reste n’est que du vent.

Grand rassembleur, havre de paix, papa a toujours tendu la main et accueilli à bras ouverts ceux qui, comme partout, se rebellent contre la volonté du Dieu tout Puissant. Qu’il vous souvienne que,

En 1973, la police a investi la paroisse Bèthlèhem de Yopougon en Côte d’Ivoire pour empêcher papa de célébrer la fête des moissons.

En 1990, pour avoir accepté de présider le culte de pose de première pierre de la paroisse Saint Michel de Tsévié au Togo, un groupuscule de chrétiens célestes l’a menacé de mort, d’arrestation et autre, allant jusqu’à lui rappelé le triste souvenir de l’arrestation du Prophète Pasteur Fondateur Joseph Samuel Biléou OSCHOFFA au Togo.

Notre papa, votre cher papa a été interdit d’accès à la paroisse mère de France, lors de son premier voyage apostolique en 1992, alors qu’il était au seuil de la porte d’entrée du temple.

En 1998, lors de sa mission d’évangélisation au Gabon, le Rév Pasteur Benoît D. AGBAOSSI a été arrêté par la police dès son arrivée à l’aéroport Léon Mba de Libreville, et isolé de la délégation qui l’accompagnait, sur ordre de quelques pitoyables responsables de l’ECC. Il fut libéré après l’intervention d’un responsable politique béninois.

Même dans son cher et beau pays le Benin, plus d’une fois, au cours de la traversée du désert et des périodes tristes de la Sainte Eglise venue des cieux (1985- 2000), il a été l’objet d’agressions, de menaces de mort et de vol orchestrés par certains chrétiens célestes malhonnêtes et corrompus. Mais grâce à l’aide de JEHOVAH, le Chef des armées, il a toujours été vainqueur, non pas par la force, ni l’arrogance ou la vengeance. Au contraire, il a toujours imploré la clémence et la miséricorde de Dieu pour ceux qui le combattent, mais qu’il n’a jamais combattu.

Papa, a été humilié, il a subi beaucoup d’affronts, il a été traîné dans la boue, par ceux la même qu’il a vu venir à l’église, ceux qu’il a baptisé de ses propres mains, ceux pour qui, il a invoqué Dieu et il les a exaucé. Mais jamais il n’a renoncé à son ministère, car il savait que seul Dieu, le Guide Suprême, rétribue chacun selon ses œuvres.

C’est donc avec assurance et fierté que nous disons que papa est la pierre angulaire qu’ont rejeté les bâtisseurs.

Malgré les adversités, il a vécu au milieu des loups et des vautours et il s’est imposé par son charisme, sa droiture et l’aide de Dieu.

C’était un homme animé d’une grande ferveur. Quand il priait, on sentait qu’il parlait à Dieu. Les fidèles qui l’accompagnaient dans ses offices étaient emportés par l’intensité de sa prière et la pertinence de ses prêches.

Il avait le mot juste, le mot de consolation approprié pour atténuer ou extirper le chagrin de ses fidèles et pour chacun d’entre eux. Qu’on soit pauvre ou riche, chrétien céleste ou non, tout le monde avait la possibilité de solliciter papa pour une raison quelconque.

Seuls comptaient pour lui l’intérêt et le bien être des brebis que le Feu Prophète Pasteur S. B. J. OSCHOFFA lui avait confiées. Cette Eglise, papa AGBAOSSI l’a servie de toutes ses forces et toute sa vie durant. Il l’a fait triompher. Il était né pour la rétablir. Il n’a vécu que pour la défendre, et dans toute sa conduite il sembla n’avoir point d’autre vue que de remplir ses devoirs d’apôtre de Christ. Baptisé en décembre 1947, il s’est endormi dans le Christ Jésus après soixante trois ans (63) de présence effective dans l’Eglise et quarante six ans (46) ans de sacerdoce bien accompli, c’est- à- dire du 4 janvier 1964 au 22 mars 2010.

Malgré les vicissitudes inhérentes à sa mission, il n’a jamais quitté le bateau. A l’instar d’un capitaine, il restera à la barre jusqu’à l’appel du Maître absolu de l’univers.

Le respect de la doctrine laissée par son Père spirituel, la structuration, la reforme et l’unité de l’Eglise de Dieu, la propagation et l’enracinement de la foi chrétienne, la construction d’un temple digne de ce nom et la mise en place des conditions adéquates à l’exercice de l’apostolat de son successeur, étaient au sommet de toutes ses préoccupations.

Il a ouvert beaucoup de chantiers qui soutendent le rayonnement de l’Eglise dans le monde entier.

Il a contribué de façon efficace à la construction de la Cathédrale en cours sur ce site de TCHAKOU.

Sous son ministère et sous le quinquénnat de son inconditionnel ami, son excellence, monsieur Thomas, yayi Boni, président de la République du Benin, l’Eglise a officiellement un site pour le pèlerinage des 24 et 25 décembre.

Aujourd’hui, l’Eglise peut se vanter d’avoir un centre de santé, une radio pour la propagation de l’évangile, une école pour les orphelins (en cours de construction) et bien d’autres réalisations.

Il était l’homme de l’unité. Il savait nouer des relations avec toutes les Communautés de toutes tendances confondues.

Il avait un profond respect aussi bien pour un adulte que pour un enfant. C’était un homme délicat vis à vis de n’importe qui. Jamais de sa bouche ne sort le mensonge, la fausseté, la médisance, la calomnie, les injures, les menaces et autres paroles blessantes.

Il était apprécié des Autorités et du commun des mortels, des croyants et des incrédules, des chrétiens et des non chrétiens. Autrement dit, Papa AGBAOSSI était tout simplement le bien- aimé de tous. Il était populaire, non point par bassesse, mais par grandeur d’âme; non point par vanité, mais par charité; non point par ambition, mais par compassion; c’est-à-dire, il n’aimait pas le peuple de Dieu pour en avoir le cœur et la bienveillance; mais il avait la bienveillance et le cœur de peuple, parce qu’il l’aimait.

Il a une grande rigueur morale, une parfaite tolérance et un dévouement sans faille, c’est un homme bon, juste et généreux, tourné vers l’autre, au service de Dieu et de son prochain. Ce sont là certainement quelques-unes des qualités que nous retiendrons de la vie et de l’œuvre du BAOBAB, Président du Comité Supérieur mondial, Président du Comité Directeur du Saint Siège Porto- Novo, indéniable Chef de l’Eglise du Christianisme Céleste dans le monde entier.

Mesdames et messieurs, honorables invités, amis et sympathisants de l’ECC, chrétiennes et chrétiens, messieurs les Présidents de la république du Benin et la Rép …………….,

Le Rév Pasteur Benoît D. AGBAOSSI et vous avez toujours prié pour la paix dans le monde et pour les différentes générations.

Son vœu le plus cher est de voir tous les membres d’une famille, d’un pays et du monde toujours unis, tous frères et sœurs.

Chrétiennes et chrétiens, éminents responsables de toutes les congrégations religieuses, le Rév Pasteur Benoît D. AGBAOSSI et vous avez été de ceux qui ont permis au christianisme de progresser. Vous avez démontré une chrétienté basée sur les valeurs authentiques de la foi, valeurs basées sur l’amour du prochain et le droit à la différence, valeurs basées sur l’ouverture et la tolérance.

Chrétiennes et chrétiens célestes, vous n’avez ménagé aucun effort pour lever très haut l’étendard de l’Eglise et apporter constamment votre soutien à l’illustre disparu.

Chers dignitaires, chers responsables paroissiaux, éminentes matières grises de l’ECC, papa AGBAOSSI n’est pas un intellectuel de la science des hommes, mais il a été inspiré par l’Esprit Saint et guidé par la sagesse de Dieu. Ainsi, le 17 décembre 2009 à la paroisse mère de Porto- Novo, le siège de l’Eglise, papa AGBAOSSI a osé poser l’acte symbolique et définitif qui consacre son successeur. Aujourd’hui, samedi 5 juin 2010, devant sa dépouille immortelle, nous prenons le monde entier à témoin, que notre papa a planté la paix et l’ordre au sein de l’Eglise, afin que demain, l’humanité en témoigne.

C’est à nous, chrétiens célestes, de seconder des dispositions si saintes confirmées par papa AGBAOSSI. L’hérésie la plus obstinée ne peut pas lui disputer ce mérite et, aux dépens d’elle-même, elle sera forcée d’avouer que jamais un Pasteur n’a eu tant de zèle que lui pour l’amplification de l’Eglise de Dieu. Mais c’est à nous, mes Frères, de concourir avec lui pour une si belle fin, ajoutant à son zèle nos bons exemples, l’édification de nos mœurs, la ferveur de nos prières, les secours mêmes de nos aumônes, dont l’efficacité et la vertu feront sur l’hérésie bien plus d’impression que nos raisonnements et nos paroles. C’est à nous de faire cesser les scandales que l’hérésie, avec malignité, si vous voulez, mais pourtant avec fondement, nous reproche tous les jours, et entre autres nos divisions, dont elle sait, si avantageusement profiter : car voilà l’innocent stratagème pour attirer à la bergerie de Jésus-Christ le reste de nos frères égarés. Edifions-les, aimons-les, assistons-les: sans tant discourir, nous les convertirons. Gagnons-les par notre douceur, engageons-les par notre prudence, forçons-les par notre charité, faisons-leur cette aimable violence que l’Evangile nous permet, en les conjurant de se réunir à nous, ou plutôt en conjurant Dieu, mais avec persévérance, de les éclairer et de leur inspirer cette union : ils ne nous résisteront pas.

Chères mamans, chers enfants, chers petits enfants, chers arrières petits enfants, Chers parents alliés et amis, pour nous tous, le départ de papa aujourd’hui, je le sais, est un arrachement, un déchirement. Il va laisser un vide que personne ne pourrait combler. Qui désormais va nous accueillir et écouter ? Qui désormais va nous bénir comme il le faisait avec si tant de ferveur ? Qui désormais va nous unir comme il savait le faire avec douceur et tendresse ?

Mais notre consolation est de savoir que si papa a vécu aussi longtemps, sachant que l’âge prévu par Dieu est de soixante dix ans et 80 ans pour les plus robustes, c’est bien grâce à la sollicitude et à la tendresse que vous lui avez toujours témoignées. Notre consolation est de savoir qu’il n’a jamais renié le Dieu de l’ECC et qu’il a été intègre jusqu’à son dernier souffle. Mieux, le dimanche de la fête des Pâques, pendant qu’il était alité, il a chanté avec ferveur un cantique qui lui est cher « Onu dopo tin to ayiha sie mè, yen ma to lègba na sen ba »

Mes chers frères, mes chères sœurs, nos sages disaient : on ne construit pas de monument funéraire pour les justes : leurs actes témoignent de leur droiture. Nous sommes certains aujourd’hui que c’est par lots que ses bonnes œuvres se sont présentées avec lui devant le Juge Suprême, le Roi des rois, le lion de la tribut de Juda. Que sa droiture le précède et que la lumière divine l’accompagne.

Pour tout le bien qu’il a fait sur terre, il est une belle parole biblique qui s’est accomplie certainement pour lui: « Que ta récompense soit complète de la part de l’Eternel, Dieu d’Israël » et que ton cher et inoubliable souvenir soit pour nous et pour tous ceux qui l’ont connus et qui l’ont aimés, un exemple, un soutien, une inspiration de piété et de charité, une source d’actes méritoires et de divines bénédictions. Car l’une des malédictions de Dieu dans l’Ecriture est d’anéantir jusqu’à la mémoire des princes réprouvés : Que leur mémoire, dit Dieu, soit exterminée de dessus la terre. Il ne se contente pas de détruire leur grandeur, leurs ouvrages, leurs entreprises, leurs vastes desseins : il se venge sur leur mémoire même, qui, s’effaçant peu à peu, tombe enfin dans une éternelle obscurité, et s’ensevelit pour jamais dans un profond oubli des hommes. Au contraire, l’une des promesses que Dieu fait dans l’Ecriture aux princes zélés pour sa loi, est que leur mémoire ne périra point, qu’elle passera de siècle en siècle et de génération en génération, et qu’affranchie des lois de la mort, elle trouvera dès maintenant dans les esprits et dans les cœurs une espèce d’immortalité.

Que la mémoire de notre cher papa soit honorée et bénie. Amen.

Je m’en voudrais de finir cette oraison sans te rendre la gloire qui t’es due.

Le Prince des berges,

Quand tu rejettes quelqu’un,

Tout le peuple en fait de même.

Tu ne comptes jamais sur le bien d’autrui, car

Le Contenu des eaux t’appartient.

Tu donnes la jouissance à qui tu veux

Et tu combles de biens ta bien-aimée.

Tu manges le poisson qui te plaît.

Le Roi des berges,

Tu es immense et nul ne peut te contenir ou se comparer à toi

Tel père, tel fils.

Tu n’es ni pauvre, ni riche

Ton pain quotidien te suffit.

AGBAOSSI ILU BAJE

BALE ILE BA KU

ILE A DARU

PAPA, PAPA, PAPA, vas en paix, nous nous verrons à la fin des temps dans le royaume céleste, dans une joie éternelle.

Au revoir PAPA, nous t’aimons.

Par MJPAC-ABT - Publié dans : Société - Communauté : Changer, Changer autrement
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Profil

  • Ligue Citoyenne Patriotique (LCP)
  • Ligue Citoyenne Patriotique (LCP)
  • Homme
  • politique bénin élections municipales législatives
  • Blog destiné pour faire partager avec nos amis(es) du monde entier et plus précisément ceux de la diaspora béninoise, des informations sur les idéaux de la Ligue Citoyenne Patriotique (LCP) et de l'actualité politique du Bénin

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Recherche

Créer un Blog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés